Presque revendication de l’incendie d’OVH

lundi 22 mars 2021

OVH, entreprise roubaisienne et néanmoins « pépite française du cloud computing », a connu ce 10 mars l’incendie accidentel de son data center strasbourgeois. Or, nous venons de recevoir cette lettre de revendication que nous vous livrons telle quelle. Une mise en garde tout de même : Renart réprouve autant ce genre d’actions criminelle que la prise de drogue. Ne retentez pas l’expérience chez vous.

- - - - -

Nous devons révéler cette information que les médias du monde entier ne manqueront pas de passer sous silence. Nous pensons être à l’origine de l’incendie qui dévasta, ce mercredi 10 mars, les data centers strasbourgeois d’OVH, premier hébergeur français. OVH, c’est 400 000 serveurs, 32 data centers, 2 500 salariés, 600 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019. Pour combien de Kilowatts d’énergie consommée ? On ne le sait pas exactement. Nous savons par contre que le numérique consommait 10 % de l’électricité mondiale en 2015. Aujourd’hui ce doit être pire.

Nous refusons les nuisances de l’industrie numérique, depuis les mines chinoises de métaux rares jusqu’aux décharges du Ghana et du Nigeria, en passant par la production d’électricité atomique, houillère, et renouvelable, partout sur la planète. Aussi, nous refusons le mode de vie imposé par l’industrie numérique, qu’accélère l’épidémie de COVID. Nous refusons la déshumanisation des rencontres et l’automatisation du travail. Nous refusons la 5G, la 4G, la fibre optique, et toutes ces technologies qui concourent au pilotage numérique de la planète et des comportements. Nous refusons la passivité imposée des écrans. Nous refusons l’enfermement sectaire et le genre de relations barbares engendrés par les bulles sociales que certains nomment encore « réseaux sociaux ». Nous luttons contre notre obsolescence programmée. Nous luttons plutôt pour la vie.

La date de notre action n’a pas été choisie au hasard. L’incendie devait se déclarer le 11 mars, pour le dixième anniversaire de la catastrophe de Fukushima. Nous avons remonté le flux numérique depuis un grille-pain connecté pour nous introduire jusqu’au data center d’OVH et déclencher un court-circuit, cela par la seule force de notre esprit, aidés seulement de quelques cartons de LSD pour capte la Wifi et voir en Full HD. Mais les cartons étaient trop dosés, une fois à l’intérieur, on a fait n’importe quoi, et le feu s’est déclaré trop tôt – si toutefois la seule puissance de nos cerveaux défoncés peut causer de tels dommages, ce qu’on ne saura malheureusement jamais.

Voilà, désolé pour le contre-temps. Bonne journée.

L’Organisation Vraiment Hinfaillible,

le 12 mars 2021.