Et c’est ainsi qu’Allah est grand - Islam & Technologie

mardi 31 mai 2016

« Le mélange du jargon technocratique occidental et du pathos de l’ordre moral islamique [...] définit toute la politique du nouveau régime [algérien]. »
Adresse aux révolutionnaires d’Algérie et de tous les pays, Internationale situationniste, 1965.

« Le pétrole, le gaz conventionnel et de schiste, les énergies renouvelables sont des dons de Dieu. »
Abdelazziz Bouteflika, président algérien, 2015.

« Croyants, obéissez à votre calife et soutenez votre État qui devient plus fort de jour en jour grâce à Dieu. […] Rejetez la démocratie, la laïcité, le nationalisme et autres ordures de l’Occident. [1] » Parmi ces « ordures occidentales » le marxisme, les Lumières, le nationalisme (y compris arabe), la théorie darwinienne de l’évolution. Ainsi parle Daech, à la fois État et islamique. Mais, au-delà de son islamisme, parfaitement conforme à ses concurrents « hypocrites » ou « croisés ». Car aussi rétrograde et obscurantiste que paraisse la propagande diffusée par la revue francophone Dar al-Islam, le « califat » réel ne rejette pas l’ingénierie scientifique au titre d’« ordures de l’Occident ». On ne bâtit pas un État « grâce à Dieu », avec des forcenés et des imams, mais avec des technocrates. Engineers welcome.

Certes, l’État islamique recrute au moyen de slogans « sociétaux » et de l’imposition d’une vie quotidienne régie par la charia [2]. En islam, le Dîn, désignant ce qui relève du spirituel et du religieux, se distingue de la Dunyâ, destinée à servir cette vie terrestre. Ceux qui se sont écartés du Dîn pour se vautrer dans la superficialité du monde matériel moderne seraient de mauvais musulmans, ainsi que le rappellent certaines sourates vaguement anticapitalistes : « La course aux richesses vous distrait, jusqu’à ce que vous visitiez les tombes. Mais non ! Il sera certes, jeté dans la Hutamah [l’Enfer] » (Sourate 102). « Malheur à tout calomniateur diffamateur, qui amasse une fortune et la compte, pensant que sa fortune l’immortalisera » (104) [3]. Bah, le Christ de l’Évangile nous l’avait bien dit, sept siècles plus tôt : « Il est plus facile à un chameau de passer par le chas d’une aiguille qu’à un riche d’entrer au Royaume des cieux. » (Marc, 10,25) On voit ce qu’il en est une fois l’islam au pouvoir, que ce soit à « l’âge d’or » islamique ou aujourd’hui, avec le pétrole pour carburant dans la « course aux richesses » du monde.

Quoi qu’en pensent nos anti-impérialistes, les diatribes anti-occidentales de Daech comme hier celles de Ben Laden, Khomeyni ou Ben Bella, se ramènent à ceci : « Nous aspirons à la société techno-industrielle qui est la vôtre. Nous serons impitoyables techniquement, industriellement et militairement tant notre expansion globale en dépend. » Ces États, royaumes et mouvements islamistes sont aussi prédateurs de la terre et des hommes que les puissances occidentales. Alors, larguons les adjectifs : une cyber-armée islamique, une bombe atomique anti-sioniste, une raffinerie anti-impérialiste ou un robot « charia-compatible » restent des moyens de domination, sinon d’extermination, entre classes comme entre nations. La peste obscurantiste et le choléra technocratique se nourrissent mutuellement. S’il y a des luddites dans le monde arabo-musulman opposés aux smart cities émiraties, à l’intelligence artificielle saoudienne ou à la Troisième révolution industrielle qatarie, qu’ils nous contactent.

Voici donc la brochure de Tomjo datant de mai 2016 : PDF - 680.1 ko

Notes

[1Discours de proclamation du Califat par le porte-parole de Daech, 2014.

[2Normes doctrinales ou Droit musulman.

[3Le Saint Coran, Dar Albouraq, 2008.